21-26 août 2018 ACTUELLEMENT

Le festival

Expositions

Benjamin Decoin - Haïti

 

Une vingtaine de photos signées de l’objectif de Benjamin Decoin qui s’est promené en Haïti aux côtés de l’acteur Jimmy Jean-Louis.

Ensemble, ils travaillent à la parution d’un ouvrage de photos pour changer notre vision du pays, et faire en sorte qu’elle soit plus positive.

Et quel meilleur biais pour cela que les visages fiers et plein de vie des habitants, que les paysages préservés de ce coin des Caraïbes ?

 

Benjamin Decoin - photographe / Jimmy Jean-Louis - acteur

 

Benjamin Decoin est un photographe français spécialisé dans les portraits de célébrités. De Natalie Portman à Vincent Cassel, en passant par Lambert Wilson et Gérard

Depardieu, il est arrivé jusqu’à Jimmy Jean-Louis, le célèbre acteur Haïtien révélé par « Heroes ».

Avec lui, il a monté le projet photographique en Haïti, qu’il nous présente cette semaine à Angoulême.

 

  • Rendez-vous à l'espace Franquin, 1 Boulevard Berthelot, 16000 Angoulême, du lundi 20 au dimanche 26 août, de 9h00 à 19h00.

L'envers du décor

 

Une exposition présentée par l'association des photographes de Films Associés (PFA) en partenariat avec TSF et Négatif Plus.


"Le photographe de plateau, l’homme de l’ombre qui saisit les moments clés du tournage, on a l’habitude de dire qu’il est comme l’arbitre de foot ou de rugby, moins on le remarque, meilleur il est.

Mais on le connaît mal finalement.

En réalité, le photographe de plateau est à la fois le témoin privilégié de la fabrication d’un film et l’un des artisans de son exploitation en ce qu’il sait et doit offrir son point de vue sur les affres et les satisfactions de la création.

Saisir l’essence du film est sa mission, la traduire en instantané sans jamais mentir est sa responsabilité. L’image doit intriguer, séduire, susciter la curiosité de la presse, des acheteurs du monde entier et…du public.

C’est en cela que le photographe de plateau constitue un maillon essentiel de la vie du film qu’il enrichit car il créé une œuvre, certes rattachée à un film, mais indépendante de son réalisateur et donc libre. Magie du point de vue…

A l’heure où la facilité du recours au tirage de photogramme se répand, il est non seulement légitime mais encore essentiel qu’une exposition lui rende hommage.

C’est chose faite avec l’exposition de l'association PFA et nous nous en réjouissons."

Jean Dujardin

 

  • Rendez-vous en salle Iribe de l'espace Franquin, 1 Boulevard Berthelot, 16000 Angoulême, du lundi 20 au dimanche 26 août, de 9h00 à 19h00.

ÊTRE MÉMOIRE-VHS, un hommage

 

Une proposition de [bhâ dit Hoô dit béné dit Melle Bureau] 

 
Après 25 ans de monopole sur nos appétits cinéphiles casaniers, le support VHS aujourd'hui tombé en quasi désuétude, a pour tout amateur de film de plus de 30 ans des saveurs de madeleine de Proust... Rappelons-nous combien il fut à ses débuts une vraie petite révolution, démocratisant l'accès aux films hors de toute contrainte spacio-temporelle...  
 
Ce fut la possibilité pour chacun du ciné tous les soirs à la maison ! Voir et revoir les films aimés, découvrir ceux des amis ; enregistrer un film ou une émission pour la regarder plus tard ; se passionner pour le cinéma asiatique, les westerns ou les films de Jean Renoir, entrer dans un vidéoclub et choisir au hasard parmi les rayonnages ou demander conseil, selon l'humeur du jour...  
 
Aujourd'hui, à l'heure du développement de l'internet, le support VHS - détrôné par le DVD depuis déjà fort longtemps - a ce charme suranné des bons souvenirs qui prennent beaucoup de place : en cartons dans les greniers, à chaque printemps questionnés, ils ont depuis longtemps quitté les rayonnages des salons...  
 
Ne soyons pas des ingrats...
 Rendons leur un dernier hommage collectif ! 

 

 

PLAY STOP REWIND ...  

 

  • Rendez-vous à la médiathèque de GrandAngoulême, 1 Rue Coulomb, 16000 Angoulême, à partir du lundi 20 août.

Johnny Hallyday  : « Acteur Studieux »

 

Jean-Philippe Smet, enfant de la balle, parcourant durant son enfance l’Europe avec sa famille d’artistes, les Hallidays, est également un enfant du cinéma. Il a tout juste 11 ans quand il est figurant dans Les Diaboliques de l’immense réalisateur Henri-Georges Clouzot. Un peu plus tard, en 1955, le jeune homme est déjà fou de cinéma et découvre La Fureur de VivreGéant et surtout A l‘Est d’Éden d’Elia Kazan avec James Dean. L’acteur fascine le jeune homme qui verra et reverra les films des dizaines de fois, y puisant certainement les prémices d’une rébellion qui gronde déjà en lui et qui explosera bientôt…sur scène. En 1957, c’est encore le cinéma qui, d’une certaine façon, va décider du destin de Jean-Philippe. Le jeune garçon entre dans une salle de son quartier (la Trinité) pour y voir ce qu’il pense être un western, genre qu’il affectionne particulièrement. Le film s’intitule Amour Frénétique avec, en vedette, Elvis Presley. Jean-Philippe découvre l’acteur/chanteur mais surtout le rock’n’roll, qui débarque pour la première fois de ce côté-ci de l’Atlantique et qu’interprète Elvis à l’écran. C’est un choc pour Jean-Philippe et un rendez-vous déterminant avec son destin. Et si Johnny Hallyday n’était pas né dans la rue mais dans cette salle de cinéma ? 
 
Pendant près d’un quart de siècle, le photographe Tony Frank saisit des clichés de Johnny sur les plateaux de cinéma, de Godard à Costa-Gavras, de Boisrond à Corbucci. Tony Frank aura su capter ce point de rencontre fragile où l’homme et l’acteur se rejoignent et se confondent en Johnny. Le jeu est dans sa vie, sa vie est dans son jeu, Johnny, l’Acteur Studieux… 
 
Rémi Bouet 

 

  • Rendez-vous en salle Iribe de l'espace Franquin, 1 Boulevard Berthelot, 16000 Angoulême, du lundi 20 au dimanche 26 août, de 9h00 à 19h00.

Propulsé par FestiCiné